Institution

Expression des groupes d'élus

Cet espace est réservé à l'expression des groupes d'élus qui composent l'Assemblée Départementale. Les propos contenus dans les articles d’expression des groupes d’élus n’engagent pas la responsabilité du Directeur de la publication.

Partager :
Imprimer :
Session Conseil Départemental mars 2018

Groupe de la Majorité Départementale

Le groupe de la Majorité Départementale est composé de 27 Conseillers Départementaux Les Républicains, UDI et Divers Droite élus au sein du Conseil Départemental de la Côte-d'Or.

Président : François Sauvadet

François-Xavier Dugourd,
Catherine Louis et Ludovic Rochette,
co-animateurs de la Majorité

Auxonne
Marie-Claire Bonnet-Vallet / Dominique Girard

Beaune
Marie-Laure Rakic / Jean-Pierre Rebourgeon

Brazey-en-Plaine
Emmanuelle Coint / Gilles Delepau

Châtillon-sur-Seine
Valérie Bouchard

Dijon 1
Danielle Darfeuille / François-Xavier Dugourd

Dijon 4
Anne Erschens / Ludovic Rochette

Fontaine-lès-Dijon
Patricia Gourmand / Patrick Chapuis

Genlis
Christelle Meheu / Vincent Dancourt

Is-sur-Tille
Catherine Louis / Charles Barrière

Ladoix-Serrigny
Anne Parent / Denis Thomas

Montbard
Laurence Porte / Marc Frot

Nuits-Saint-Georges
Valérie Dureuil / Hubert Poullot

Saint-Apollinaire
Christine Richard / Laurent Thomas

Semur-en-Auxois
Martine Eap-Dupin / François Sauvadet

Tribune politique de juillet-août du groupe de la majorité départementale

Filières locales : objectif 100 % Côte-d’Or !

La Majorité départementale a décidé de miser sur le développement des filières locales. Bien plus qu’un “effet de mode”, c’est un véritable choix stratégique que nous avons fait. Nous voulons que le Département de la Côte-d’Or soit un véritable exemple en la matière. Et les actions déjà entreprises ne manquent pas !

Le Département est devenu propriétaire de 20 hectares de terres agricoles à Perrigny-lès-Dijon. Demain, ces terres seront consacrées à des activités de maraîchage et de recherche pour l’agriculture.

Le Département a également adhéré à l’association Agrilocal, une plateforme numérique de mise en relation directe de fournisseurs locaux et d’acheteurs. L’objectif est d’inciter les collèges et les établissements sociaux et médico-sociaux à utiliser des produits agricoles locaux pour les repas. Et les 1ers résultats sont très positifs.

Notre dispositif Futurs 21 permettra aussi d’expérimenter de nouvelles techniques de mise en valeur des circuits locaux. Le projet “Open Canal”, porté avec Voies Navigables de France, pour valoriser les maisons éclusières du Canal de Bourgogne et ses berges avec pour objectif de créer la plus longue ferme de France, sur plus d’un centaine de kilomètres !

Par ailleurs, nous mettons un point d’honneur à ce que la promotion des filières locales en Côte-d’Or permette des productions de qualité à un prix juste et rémunérateur pour les producteurs, supportable pour les familles, et ayant un faible impact environnemental.

En tant que collectivité chef de file de l’animation territoriale, nous accompagnerons les communautés de communes de Côte-d’Or qui le souhaitent, dans leurs démarches d’élaboration de projets alimentaires locaux.

 

Groupe Majorité Départementale
Les Républicains - UDI - Divers droite


 

Groupe Forces de Progrès

Le groupe des Forces de Progrès est composé de 16 Conseillers Départementaux Socialistes, écologistes, progressistes et divers gauche élus au sein du Conseil Départemental de la Côte-d'Or.

Présidente, Colette Popard
1er Vice-Président, Paul Robinat

Arnay-le-Duc
Béatrice Moingeon-Hermary / Pierre Poillot

Chenôve
Jeannine Tisserandot

Chevigny-Saint-Sauveur
Dénia Hazhaz / Michel Bachelard

Dijon 2
Nathalie Koenders / Lionel Bard

Dijon 3
Sandrine Hily / Hamid El Hassouni

Dijon 5
Colette Popard / Christophe Avena

Dijon 6
Céline Maglica

Longvic
Céline Tonot / Christophe Lucand

Talant
Christine Renaudin-Jacques / Paul Robinat

Tribune politique de juillet-août du groupe Forces de Progrès

Non les services publics et les fonctionnaires ne sont pas des “charges” !

Après 85 000 suppressions sous le quinquennat de N. Sarkozy, 120 000 nouvelles suppressions étaient promises par E. Macron : les fonctionnaires et les services publics sont encore présentés comme une charge. Et faire mieux avec moins reste dangereux, à l’heure où les secteurs de la santé ou de la justice sont au bord de l’implosion faute de moyens.

Leur éloignement fait craindre pour la sécurité quand ferment les gendarmeries. On craint pour sa santé quand la maternité ou les urgences ne sont plus là. Leur réduction fait craindre pour l’éducation quand il s’agit d’enseignants. Pour la mobilité quand il s’agit de faire fonctionner des trains, des gares, ou entretenir les routes.

Pour nous, les services publics sont donc des investissements pour l’avenir. Si certains services, comme l’université, ne peuvent pas être partout, c’est beaucoup moins admissible pour des services publics de base : les établissements scolaires, de soin, les gendarmeries, les perceptions, les petites gares, etc…

A l’avenir, l’accès à certains services sera de plus en plus numérique. Et ce développement appelle à rester vigilants aux coûts financiers et humains. Rien ne sert de déshumaniser les relations entre usagers et services. La modernité technologique ne peut devenir un but en soi : c’est un simple instrument, à utiliser avec intelligence.

Selon une formule célèbre, les services publics sont le patrimoine de ceux qui n’en possèdent pas ! Ils attirent avec eux d’autres services au public. A ce titre, ils sont les garants de l’égalité des territoires. La présence locale des services publics doit devenir la priorité d’un aménageur du territoire digne de ce nom.

 

Groupe des Forces de Progrès
Socialistes, écologistes, progressistes et divers gauche

Pour nous suivre : www.forcesdeprogres.net
facebook.com/forcesdeprogres et @FDPcg21