Institution

Expression des groupes d'élus

Cet espace est réservé à l'expression des groupes d'élus qui composent l'Assemblée Départementale. Les propos contenus dans les articles d’expression des groupes d’élus n’engagent pas la responsabilité du Directeur de la publication.

Partager :
Imprimer :
Session Conseil Départemental mars 2018

Groupe de la Majorité Départementale

Le groupe de la Majorité Départementale est composé de 27 Conseillers Départementaux Les Républicains, UDI et Divers Droite élus au sein du Conseil Départemental de la Côte-d'Or.

Président : François Sauvadet

François-Xavier Dugourd,
Catherine Louis et Ludovic Rochette,
co-animateurs de la Majorité

Auxonne
Marie-Claire Bonnet-Vallet / Dominique Girard

Beaune
Marie-Laure Rakic / Jean-Pierre Rebourgeon

Brazey-en-Plaine
Emmanuelle Coint / Gilles Delepau

Châtillon-sur-Seine
Valérie Bouchard

Dijon 1
Danielle Darfeuille / François-Xavier Dugourd

Dijon 4
Anne Erschens / Ludovic Rochette

Fontaine-lès-Dijon
Patricia Gourmand / Patrick Chapuis

Genlis
Christelle Meheu / Vincent Dancourt

Is-sur-Tille
Catherine Louis / Charles Barrière

Ladoix-Serrigny
Anne Parent / Denis Thomas

Montbard
Laurence Porte / Marc Frot

Nuits-Saint-Georges
Valérie Dureuil / Hubert Poullot

Saint-Apollinaire
Christine Richard / Laurent Thomas

Semur-en-Auxois
Martine Eap-Dupin / François Sauvadet

Tribune politique d'octobre du groupe de la majorité départementale

Élus de la République, des violences inacceptables

En 2018, 361 faits d’agressions ont été recensés à l’encontre des maires, 9% de plus qu’en 2017. 60% sont des injures mais 40% des agressions physiques. Ce décompte sera plus important cette année, les médias se faisant régulièrement l’écho de violences inacceptables.

Le décès tragique de Jean-Mathieu MICHEL, maire de Signes a mis en lumière ce phénomène inquiétant. En Côte d’Or, c’est notre collègue Gilles DELEPAU, maire de Brazey-en-Plaine qui a récemment été bousculé, insulté et agressé ! Et que dire des permanences d’élus parlementaires, cibles d’attaques parce qu’ils auraient “mal voté”! 

Sébastien LE CORNU, ministre chargé des Collectivités locales, a reçu des maires pour les assurer du soutien de l’État. Symbolique, la démarche est louable. Mais l’État doit apporter tous les moyens nécessaires, légaux et physiques, pour que les élus exercent leurs mandats dans des conditions qui préservent leur sécurité et leur dignité.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il est plus dur de s’engager. Les conditions d’exercice du mandat d’élu local ne font plus rêver. Pire : elles inquiètent. C’est devenu un sacerdoce.

Ces difficultés expliquent en partie qu’un maire sur deux ne se représentera pas en 2020. La confiance des Français dans leurs institutions s’est dégradée, conséquence d’une exigence accrue, et légitime envers leurs représentants. Mais la France ne serait pas la France sans ses 510 000 élus, dont une grande majorité de bénévoles.

Alors au-delà de nos sensibilités et du respect mutuel, nous nous retrouvons dans le projet de loi Engagement et Proximité qui vise à renforcer les droits des élus. Nous ne pouvons qu’approuver, mais nous resterons vigilants quant à son application.

Car nous avons tous le même but : une meilleure reconnaissance de l’engagement des élus locaux qui sont et resteront nos premiers partenaires.

 

Groupe Majorité Départementale
Les Républicains - UDI - Divers droite


 

Groupe Forces de Progrès

Le groupe des Forces de Progrès est composé de 16 Conseillers Départementaux Socialistes, écologistes, progressistes et divers gauche élus au sein du Conseil Départemental de la Côte-d'Or.

Présidente, Colette Popard
1er Vice-Président, Paul Robinat

Arnay-le-Duc
Béatrice Moingeon-Hermary / Pierre Poillot

Chenôve
Jeannine Tisserandot

Chevigny-Saint-Sauveur
Dénia Hazhaz / Michel Bachelard

Dijon 2
Nathalie Koenders / Lionel Bard

Dijon 3
Sandrine Hily / Hamid El Hassouni

Dijon 5
Colette Popard / Christophe Avena

Dijon 6
Céline Maglica

Longvic
Céline Tonot / Christophe Lucand

Talant
Christine Renaudin-Jacques / Paul Robinat

Tribune politique d'octobre du groupe Forces de Progrès

Attribution de subventions : "le fait du Prince"

Le Président du Conseil départemental a décidé unilatéralement cette année de supprimer les subventions accordées à deux structures culturelles majeures : l’Opéra et La Vapeur, à Dijon, qui deviendra ainsi la seule scène de musique actuelle de Bourgogne-Franche-Comté à ne pas être soutenue par son département.

C’est une décision brutale et regrettable notamment pour les 5 293 collégiens qui y ont été accueillis ces 3 dernières années, mais aussi pour tous les habitants du département qui aiment aller au spectacle à Dijon. C’est grâce à ces subventions que les places sont accessibles au plus grand nombre. Si nous nous félicitons que les théâtres de Chatillon et Semur ne connaissent pas le même sort, cette décision marque une rupture d’égalité territoriale entre les différents publics devant l’accès à la culture.

Par ailleurs, tous les Conseillers départementaux disposent du Fonds d’Aide à la Vie Associative (FAVA) pour aider financièrement les associations que les bénévoles font vivre chaque jour avec dévouement et passion. Pour la première fois et de manière inédite depuis la création de ce fonds en 1981, le Président a refusé l’inscription d’une subvention à une association au motif que celle-ci n’est pas en accord avec sa politique. Il s’agit d’une ingérence inadmissible dans le fonctionnement du FAVA, d’un déni de démocratie envers des élus au suffrage universel et d’une remise en cause profonde de l’autonomie des associations.

Ces deux exemples illustrent une nouvelle fois les dérives et la gouvernance autoritaire de son Président. Le fait du Prince ne peut être la règle dans une démocratie républicaine. Sa majorité de droite, qui acquiesce en silence, porte une lourde responsabilité en le laissant faire.

 

 

Groupe des Forces de Progrès
Socialistes, écologistes, progressistes et divers gauche

Pour nous suivre : www.forcesdeprogres.net
facebook.com/forcesdeprogres et @FDPcg21