Rechercher dans le site

Recherche avancée



Vous êtes ici : 

 

Appel à la mobilisation pour la défense des territoires ruraux

La réforme du mode de scrutin des conseillers départementaux bâillonne les territoires ruraux. En divisant par deux le nombre de cantons dans chaque département, ce projet va conduire à la disparition de nombreux cantons ruraux.

Appel à la mobilisation pour la défense des territoires ruraux

Le projet de loi du Gouvernement examiné au Sénat début janvier est en rupture totale avec une juste représentation des populations et des territoires au sein du futur Conseil Départemental (nouvelle appellation du Conseil Général).

 

En divisant par deux le nombre de cantons dans chaque département, ce projet va conduire à la disparition de nombreux cantons ruraux. On passerait ainsi en Côte-d’Or de 43 à 22 cantons d’environ 24 000 habitants représentés par deux conseillers départementaux, un homme et une femme.

 

Sur le périmètre du Dijonnais, on passerait ainsi de 12 conseillers généraux à 26 conseillers départementaux, soit près de 60 % de la future Assemblée départementale. Parallèlement, il ne resterait que six cantons pour représenter plus de 500 communes. Ce nouveau système électoral, favorisera la concentration urbaine, au détriment de l’aménagement du territoire et du cadre de vie.


Il marque la disparition d’une Assemblée départementale garante de l’équilibre territorial entre zones urbaines et espace rural et crée une Côte-d’Or à deux vitesses : l’une urbaine qui concentrerait les richesses et les activités et l’autre rurale condamnée à la désertification.


Mathématiquement acquise à l’agglomération dijonnaise cette Assemblée départementale ne donnerait plus voix aux territoires ruraux (plus de 600 communes de Côte-d’Or), voués à se taire et à mourir en toute injustice territoriale.


Avec cette métropolisation politique de l’Assemblée départementale, les choix de cette future Assemblée départementale seront largement acquis aux seules priorités et préoccupations urbaines en matière d’équipements, d’accès à la santé, à l’éducation, à la culture…


Le Conseil Général ne pourrait plus être à vos côtés, aux côtés des associations, des agriculteurs, des artisans, aux côtés des communes.
Quel avenir alors pour les territoires ruraux ?
Quel choix restera t-il aux Côte-d’Oriens quant à leur lieu de vie ?
Les Côte-d’Oriens auront-ils le même accès aux services publics de proximité à la ville et à la campagne ?
Pour travailler et entreprendre, faudra t-il s’implanter dans l’agglomération ?


Renoncer à cette représentation des territoires ruraux dans notre Assemblée départementale, c’est renoncer à un équilibre et une liberté de vie, c’est enterrer le monde rural et une certaine idée de la France. J’entends à la place qui est la mienne, combattre la mise à mort des territoires ruraux qui ont besoin d’être représentés pour être soutenus.


Aujourd’hui l’Etat pousse notre collectivité au pied du mur et notre département à la désertification. Demain il sera peut-être trop tard pour sauver notre “bien vivre 100% Côte-d’Or”.


La majorité départementale (composée d’élus urbains et ruraux) et déjà plus de 1000 parlementaires, maires, conseillers généraux… refusent cette fatalité et cette vision pour l’avenir de la Côte-d’Or et de la France.

À l’occasion de la session budgétaire fin décembre, l’Assemblée départementale a adopté un vœu pour interpeller le Gouvernement et défendre nos territoires ruraux. Parce qu’il est important d’avoir une métropole forte et dynamique mais parce que les territoires ruraux aussi sont une force et une richesse de la Côte-d’Or (surface, poids de l’agriculture, poids du tourisme, qualité des paysages et du cadre de vie…), le Conseil Général de la Côte-d’Or a fait le choix d’une politique d’équilibre territorial, celui du bien vivre en Côte-d’Or, partout en Côte-d’Or, celui d’un budget 100% Côte-d’Or.

Défendez les territoires ruraux
de la Côte-d’Or 

 

   

 

Aujourd'hui

Un Conseil Général équilibré…

... au service d’une politique
d’aménagement du territoire équilibrée
sur 100 % de la Côte-d’Or

 

carte territoire aujourd'hui

26 collèges publics hors SCOT dijonnais et 21 à l’intérieur.

 

Un Schéma d’Aménagement numérique qui
privilégie l’équipement prioritaire en très haut débit des communes rurales les moins bien dotées.


Aménagement et entretien de près de 6 000 km de routes départementales.


40 maisons de retraites hors SCOT dijonnais pour 40 à l’intérieur.


Accompagnement financier et technique des projets des communes et des intercommunalités.


Aides aux agriculteurs, aux artisans et aux commerçants, aux associations… sur l’ensemble de la Côte-d’Or.


Un réseau de 28 lignes régulères à 1,50 € le ticket ainsi que
24 000 élèves transportés sur 500 circuits scolaires .

 

 

Demain

Un futur Conseil Départemental
à majorité urbaine…

... au service d’une conception qui
risque d’être plus démographique
que territoriale

 

carte territoire aujourd'hui

Moratoire sur les aides aux communes rurales considérées comme du saupoudrage.


Développement prioritaire du très haut débit s ur les zones agglomérées du département .


Risque de fermeture des petits collèges ruraux.


Remise en cause des aides à l’agriculture, aux artisans et commerçants.


Abandon de la gratuité des transports scolaires.


Concentration des maisons de retraite sur le périmètre du SCOT dijonnais.

 

    Accueil | Plan de navigation | Mentions légales | Charte graphique | Crédits | Contacter le webmaster

Copyright © 2010 - Conseil Général de la Côte-d'Or. Tous droits réservés.

 

Conseil Général de la Côte-d'Or - 53 bis, rue de la Préfecture - 21035 Dijon Cedex - Tél. 03 80 63 66 00 - SIRET : 222 100 018 00019 - APE : 751A

Google+

www.cotedor.fr